Vous avez probablement déjà entendu parler de la visualisation et de ses “super pouvoirs”. Les bénéfices de la visualisation sont multiples et ont été démontrés depuis plusieurs années dans de multiples secteurs:

  • Le sport: Les meilleurs sportifs pratiquent tous la visualisation et sont convaincus que l’entraînement cérébral est fondamental au même titre que l’entraînement physique. 
  • La santé: la visualisation est également utilisée depuis plusieurs années pour soigner certaines maladies. C’est ce que l’on appelle la visualisation curative. Il a été prouvé au cours de nombreuses études que des patients atteints d’une maladie guérissaient plus vite s’ils étaient convaincus de leur guérison et s’ils nourrissaient leur mental de pensées positives et optimistes. 

La visualisation c’est quoi ?

La visualisation est une technique de représentation mentale qui vise à imaginer et visualiser un objectif que l’on souhaite atteindre. Visualiser c’est en quelque sorte se convaincre et donc convaincre son cerveau que l’objectif visé est déjà atteint. Inconsciemment le cerveau répond à la visualisation en mettant en place des mécanismes permettant de réellement atteindre cet objectif.

Comment fonctionne la visualisation dans le cerveau ?

Avez-vous déjà remarqué que lorsque vous souhaitez acquérir un nouvel objet (prenons l’exemple d’un vélo électrique dernier-cri), vous vous mettez à l’apercevoir à chaque coin de rue, vous en entendez parler au détour de conversations à la machine à café, vous voyez des publicités partout, etc. Coïncidence !? Complot orchestré par le service marketing de la marque du vélo !? La réponse est beaucoup plus rationnelle et s’appelle le SAR.

La minute scientifique

Le SAR, kézako? Le SAR ou Système d’Activation Réticulaire, est une zone de notre cerveau qui joue un rôle d’intermédiaire entre les informations extérieures et celles qui arrivent au cerveau. Autrement dit le SAR agit comme un filtre dans notre cerveau en sélectionnant uniquement les informations qui nous intéressent et qui sont liées à nos objectifs. Reprenons l’exemple du vélo dernier cri. Lorsque vous souhaitez acquérir le vélo, votre cerveau enregistre votre nouvel objectif: “acquérir vélo électrique” et le SAR vient filtrer toutes les informations liées à ce nouvel objectif. Voilà pourquoi vous avez subitement l’impression que tout le monde parle de ce nouveau vélo et que vous l’apercevez partout. En réalité, les gens n’en parlent pas plus qu’avant et il n’y en a pas plus dans la rue, c’est simplement que le SAR filtre pour vous toutes les données liées au vélo. L’avantage c’est que grâce au filtre opéré par votre SAR, vous allez maintenant recevoir plein d’informations liées au vélo et vous serez plus à même de saisir une opportunité dès qu’elle se présentera pour réaliser votre objectif. Dans le cas présent cela pourrait être d’entendre parler de l’ami d’un ami qui revend son vélo électrique en seconde main.

Concrètement, cela signifie que l’on peut choisir de paramétrer le filtre de notre cerveau pour lui demander de se concentrer sur nos objectifs. Paramétrer notre SAR va nous permettre de capter un maximum d’informations et d’opportunités liées à nos objectifs.

Et comment paramétrer le filtre de notre cerveau ? Par la visualisation tout simplement !

Comment mettre en place la visualisation ?

La bonne nouvelle c’est que vous n’avez besoin de personne pour pratiquer la visualisation, c’est un exercice que vous pouvez faire seul chez vous. Je vous explique dans ce paragraphe comment réaliser un exercice très simple de visualisation qui ne vous prendra pas plus de 5 minutes !

Avant toute chose, il faut définir vos objectifs. Personnellement je suis une personne très visuelle et j’adore définir mes objectifs à l’aide de listes papier que je colle partout chez moi ou bien à l’aide d’un “vision board” que j’accroche au-dessus de mon bureau et que je regarde tous les matins (promis je ferai bientôt un article pour vous apprendre à faire votre propre vision board). 

Fixez-vous un créneau de 5 minutes pour pratiquer la visualisation, cela peut être au réveil ou bien avant d’aller vous coucher ou encore dans un endroit calme pendant votre pause déjeuner. Personnellement, je pratique la visualisation quotidiennement le matin juste après ma séance de sport. Ça ne me prend que quelques minutes et honnêtement cela me fait un bien fou. Je ne la louperai pour rien au monde !

Pour cet exercice, nous allons prendre un exemple d’objectif pour que cela soit concret. Admettons que vous soyez passionné de course à pied et que votre objectif soit de courir le prochain marathon de Paris.

Voici les 4 étapes pour votre séance de visualisation:

  1. Trouvez un endroit calme où vous vous sentez bien. Mettez-vous dans une position confortable (cela peut être assis ou allongé peu importe, il faut simplement que vous vous sentiez à l’aise).
  2. Fermez les yeux, détendez-vous en prenant de profondes respirations. 
  3. Lorsque vous êtes suffisamment détendu, pensez à votre objectif: courir le marathon de Paris et vivez-le comme si vous y étiez ! Visualisez-vous en train de courir parmi les autres marathoniens, sentez vos jambes bouger en cadence, sentez le rythme de votre respiration, sentez les gouttes de sueur qui coulent sur votre visage, entendez les encouragements parmi les spectateurs qui vous regardent, voyez-vous en train de franchir la ligne d’arrivée, ressentez la joie, la satisfaction et la fierté d’avoir réussi à finir ce marathon. 
  4. Lorsque vous aurez terminé votre visualisation, reprenez une profonde respiration et ouvrez les yeux pour sortir de cet état de détente. 

A l’issue d’une séance de visualisation, vous vous sentez galvanisé, une puissante énergie vous traverse, vous êtes rempli de confiance et votre stock d’optimisme est chargé à bloc !

Personnellement après une séance de visualisation, je me sens vraiment électrisée un peu comme si une énergie circulait en moi. Je me sens également sereine et optimiste quant à l’atteinte de mes objectifs.

Voici les clefs pour bien réussir votre visualisation :

  • Ajoutez autant de détails que possible à votre visualisation, il faut vraiment que vous ayez l’impression d’être en train de vivre votre objectif et pas seulement d’en être le spectateur 
  • Ne visualisez qu’un objectif à la fois. Si vous avez plusieurs objectifs à réaliser, alternez les séances de visualisation
  • Répétez, répétez, répétez ! La répétition est la clef de la visualisation. Mon conseil c’est de pratiquer la visualisation avec régularité même si ce n’est que pendant quelques minutes. Par exemple en pratiquant 5 minutes de visualisation 3 fois par semaine. La visualisation c’est comme la méditation, c’est en la pratiquant régulièrement que l’on voit les effets positifs. 
  • La visualisation c’est comme une préparation physique avant une épreuve : plus vous la mettez en place tôt et mieux ce sera. Par exemple, si vous souhaitez vous préparer à une présentation devant 100 personnes dans votre entreprise, commencez vos exercices de visualisation quelques jours avant votre préparation (voire quelques semaines) ce sera plus bénéfique que de faire une seule visualisation 1h avant votre discours.

Pour aller plus loin dans la visualisation

Si le sujet de la visualisation vous intéresse je vous recommande le livre très bien écrit et simple à lire d’Allan et Barbara Pease “La Réponse, ce que vous attendez de la vie, comment l’obtenir”. Ce livre vous explique, entre autres sujets, comment fonctionne la visualisation et comment la mettre en place dans votre vie.

J’espère que cet article vous aura plu et que la pratique de la visualisation vous aidera à instaurer plus de sérénité et de positif dans votre vie. N’hésitez pas à me partager vos commentaires et retours d’expérience, j’ai hâte de vous lire !

Pour l’anecdote j’ai eu moi-même recours à la visualisation pour écrire cet article… ! En effet, j’ai eu beaucoup de mal à l’écrire car même si j’avais les idées en tête je n’arrivais pas à les retranscrire d’une manière qui me satisfaisait. Je me suis arrachée beaucoup de cheveux, j’ai procrastiné pendant quelques jours en essayant d’éviter de croiser mon ordinateur qui me criait de me remettre sur cet article. Et un matin je me suis dit “et si je me visualisais en train de l’écrire ce f*ck*ng article !?” Résultat, j’ai fini par m’y remettre et à avancer dessus petit à petit ! 

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *