En 2017 j’ai 26 ans et je vis à 1000%: j’habite à Paris, passe mon temps à sortir et fais la fête du jeudi au samedi soir non stop, je suis consultante dans un Big 4 et alterne les déplacements entre l’Europe et l’Afrique. Tinder et Bumble sont mes fidèles alliés et je consomme les relations à un rythme effréné. Je mets un point d’honneur à avoir plein d’amis et déploie des efforts de planification pour réussir à participer à tous les brunchs, balades, dîners, sorties et apéros auxquels je suis conviée.

Bref, j’ai une vie exténuante mais cela me donne l’impression d’être vivante !

Et pourtant, je sens au fond de moi que je ne suis pas heureuse, je me suis lancée dans la quête épuisante du “toujours plus” car j’ai le sentiment qu’une vie bien remplie est une vie heureuse.

Et un soir, je craque.

Le déclencheur? Une désillusion sentimentale. Elle me fait prendre conscience que je cours derrière la mauvaise personne depuis plus d’1 an et plus largement que je cours derrière une vie qui ne me correspond pas depuis trop longtemps. Je prends conscience que mon besoin de remplir ma vie pour être heureuse reflète en fait un besoin de remplir ma vie pour oublier (oublier les petites blessures de ma vie, oublier que le job pourtant si prestigieux que je fais ne me plaît absolument pas, oublier mes problèmes de cœur, etc.).

Ce soir-là je me sens mal comme rarement je l’ai été dans ma vie, une impression de vide, de néant, de fatigue, d’incompréhension de la vie que je mène. Je pleure beaucoup, jusqu’à être épuisée et le lendemain après une nuit compliquée j’hésite même à prendre ma journée plutôt que d’aller travailler.

Un élan de conscience professionnelle finit par me sortir du lit et cet élan professionnel m’aura permis de faire l’une des plus importantes rencontres de ma vie !

Je pars en déplacement pendant 2 jours et sur place je rencontre Yaël qui travaille pour le compte de mon client et qui va m’accompagner pendant ces 2 jours. Au cours d’une pause, Yaël m’explique qu’il travaille depuis plusieurs années dans l’entreprise de mon client mais qu’il est en train de faire une formation pour devenir coach et vivre de sa passion: le développement personnel. C’est la première fois que j’entends ce mot et je ne sais pas de quoi il s’agit. Yaël m’explique le concept du développement personnel, les livres qu’il a lus, les différentes approches, les exercices à mettre en place, etc. Tout ce qu’il me dit m’intéresse beaucoup et je réalise que cela pourrait être une manière pour moi de reprendre le contrôle de ma vie.

A la fin de ces 2 journées de déplacement et sur les conseils de Yaël, je repars avec 2 choses: le titre du premier livre de développement personnel que je m’apprête à lire “Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une” et une habitude que Yaël m’a conseillée: tenir un journal quotidien dans lequel j’écris tous les soirs les 5 meilleurs moments de ma journée.

A mon retour à Paris, la déprime se réinstalle mais je décide de reprendre le dessus: j’écris tous les soirs les 5 meilleurs moments de ma journée (même quand ma journée a été catastrophique) et je me plonge dans “Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une”. Résultat: après 2 semaines je me sens mieux. J’ai pris du recul sur ma tristesse et mes déceptions et surtout je réalise que je suis la seule responsable de mon bien être et je décide de prendre les choses en main !

La machine est lancée et depuis ce jour-là je n’ai cessé de m’intéresser au développement personnel, de tester continuellement de nouvelles techniques de bien être, de mettre en place des routines afin d’améliorer mon quotidien, d’apprendre à mieux me connaître et d’instaurer plus de sagesse et de paix dans ma vie.

J’ai décidé de créer ce blog afin de partager avec vous les exercices, méthodes et connaissances qui me permettent d’instaurer dans mon quotidien plus de sagesse et de paix et de vivre une vie en harmonie avec mes vraies envies !